Lettre de Coco

Comme la majorité des pigeons ramiers qui visitent l'Europe en été.et repartent vers le sud en automne

Coco me confirme qu'il a suivi les copains assez loin de nous ! ... qu'il ne nous oublie pas mais la génétique oblige !!

Me confirmant qu'il passe de moins en moins l'hiver sur le continent africain, qu'ils sont plus de 100 000, peut-être plus au soleil dans la péninsule Ibérique, où elles s'alimentent de glands.

Ensemble ils lèvent le matin pour aller chercher leur nourriture et s'abreuver, c'est ensemble qu'ils font leur sieste, côte à côte perchés très haut

Qu'il a beaucoup aimé le franchissement des Pyrénées qu'il se repère au soleil et la géomagnétique

il me dit que tout va bien qu'il ne faut pas s'inquiéter qu'il n'est pas seul, le regroupement lui assure sa défense contre les prédateurs.

Qu'il supporte bien la pression de la chasse

Qu' au printemps grâce à la reproduction et le désir d'une vie essentiellement familiale, il reviendra et bien que partagé entre son couple et sa future progéniture il gardera une place pour la gamelle à Fany

 Si tu es triste ! cliques sur Coco

Coco 284 jours 02

 

 Si tu es triste ! cliques sur Coco

Coco 348 jours guéri 03

  Si tu es triste ! cliques sur Coco

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
Ton image me hante, je te parle tout bas,
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

Le couple

 

J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,
J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,
J'irai me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

P1210426

 

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage,
Au printemps, tu verras, je serai de retour,
Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,

P1200376 

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

 2012-11-25 14

 

Donc rendez vous en Mars pour le retour de Coco

qui comme des milliers d'oiseaux, reste fidèle

à leur lieu de nidification.

 

ATT170258